Être donnée en héritage à un frère de son défunt mari, avoir tous ses biens confisqués, se laver à une heure imposée par sa belle-famille… Autant de sévices (“Le Ngo”) infligés aux veuves dans la Lékoumou. Associations, autorités locales et journalistes ont dernièrement débattu de cette pratique rétrograde.

“‘‘Le Ngo’’, une pratique avilissante privant la veuve de ses droits élémentaires” : tel était le thème du débat communautaire organisé le 8 septembre dernier à Sibiti, dans le département de la Lékoumou.

Commenter