Depuis près d’un an, l’administrateur du territoire d’Uvira lutte contre l’absentéisme des agents de l’Etat tenus d’être tous présents à 7 h 45 pour le salut au drapeau. Une réunion quotidienne qui permet les échanges entre les chefs de service assurant une meilleure efficacité de l’administration.

Il est 7h45, ce lundi de février à Uvira, au Sud-Kivu. Devant le bureau administratif du territoire, la quasi-totalité des agents des services étatiques sont déjà en train de chanter l’hymne national du pays afin de bien commencer la semaine de travail. Ils sont là et à l’heure ! Ensemble, ils échangent les informations importantes sur les divers quartiers, les difficultés que rencontrent les administrés ou l’état d’avancement de projets d’intérêt général. Ils font également état des problèmes d’insécurité. C’est ainsi chaque jour, du lundi au samedi.
Les usagers de certains services de l’administration en sont stupéfaits. “C’est surprenant de rencontrer des bureaux déjà ouverts à 8h30’”, s’étonne par exemple, ByaombeMuzumani venu enregistrer la naissance de son fils au bureau de l’Etat-civil. Il y a peu, affirme-t-il, ces agents arrivaient quand bon leur semblait. A 9h30’, 10h voire 11h, insinueun haut cadre de la territoriale d’Uvira. “Les usagers étaient insatisfaits ce qui les poussaient parfois à faire fabriquer des documents que l’Etat ne pouvait leur offrir. Ils avaient perdu confiance dans l’administration”, souligne le chef de bureau du Territoire.
Pourtant, c’est une obligation administrative d’arriver à l’heure, rappelle, depuis un an, le nouvel administrateur d’Uvira, Samuel Lunganga, qui obtient une plus grande ponctualité de ses agents. A son arrivée au bureau à 7h45, chaque chef de service doit signaler sa présence dans un registre avant d’entrer au bureau, sous peine de poursuites disciplinaires. Certains ont déjà eu un avertissement ou un blâme, fait savoir l’administrateur, fier de ses agents désormais assidus, quelques de leurs rapports entre ses mains.

Redorer l’image de l’administration
En effet, les textes organisant l’administration publique prévoient le début de travail à cette heure-là. “Curieusement, regrette S. Lunganga, c’était devenu une coutume pour la plupart de se présenter au service vers 10h et repartir à 13h ou carrément ne pas se présenter “. Ce salut au drapeau, comme l’explique BugumaMyangoNgwengwengwe, chef de bureau du territoire, rassemble tous les fonctionnaires et agents de l’Etat autour du drapeau national et de l’administrateur afin de chanter le Debout Congolais, l’hymne national de la RDC. “Ainsi, un chef de service est invité à parler des activités de son service au courant de la semaine passée. Ce qui incite de nombreux responsables à initier des activités mais aussi à lire les textes légaux qui organisent l’administration”, se félicite le chef de bureau. Chaque chef de service sait ce que font les autres. Ce qui leur évite des confusions dans leurs tâches quotidiennes.
Comme de nombreux autres, cet agent du service de protocole s’en réjouit. “C’est ainsi que nous devrions travailler”, trouve-t-il, même si certains de ses collègues grincent les dents. Leur alibi : “Nous ne sommes pas bien payés et les chefs veulent nous imposer d’être toujours là”. Ces agents trouvent que c’est une perte de temps et une obligation ennuyeuse, habitués, qu’ils étaient, à se présenter au bureau quand ils le voulaient. Ce à quoi l’administrateur-assistant réplique : “Ils ne sont pas obligés de travailler pour l’Etat. S’ils ne veulent pas s’y soumettre, le choix est clair, qu’ils démissionnent”. Fermeté qui, jusque-là, n’empêche pas certains de ne pas se plier à ce rythme.
La plupart d’entre eux n’ont pas suivi un processus normal de recrutement : ils sont devenus agents ou fonctionnaires de l’Etat à la suite d’intégration des mouvements rebelles dans le gouvernement, de trafics d’influence… Pour S. Longanga, “nous sortons d’un contexte de guerre. Nous faisons le maximum pour, avant tout, leur faire comprendre l’intérêt de cette discipline”. Il espère y parvenir sans avoir à sanctionner sévèrement.

Commenter