Recherche avancée

Site réalisé avec l'aide financière de la Coopération suisse (DDC), du ministère belge des Affaires étrangères et de la Commission européenne
S'inscrire
à la Newsletter
A l'avenir...

Syfia Grands Lacs s'étend et se diversifie. D'autres projets s'y sont rattachés. Celui de Mongongo, le journal-école de Kisangani qui permet aux jeunes sortant de l'université d'avoir une formation pratique et est le seul journal régulier de la ville. Celui du suivi des processus électoraux au Rwanda dans le respect des règles professionnelles. La production d'articles et de dossiers, montrant les réalités quotidiennes des trois pays des Grands Lacs, se poursuit . Deux journaux sont publiés, l'un en RD Congo et l'autre au Burundi.

‹‹ Tous les articles

Burundi

10-09-2009

Burundi : remplacer le charbon par des sources d'énergie moins coûteuses

(Syfia Grands Lacs/Burundi) Devenu trop cher pour les familles modestes, le charbon de bois, dont le prix a doublé depuis deux mois à Bujumbura, commence à être remplacé par d'autres sources d'énergie telles que les briquettes de déchets ménagers, l'électricité, la tourbe… Ce qui a aussi l'avantage de limiter la coupe des arbres.

Le prix du charbon de bois a doublé à Bujumbura depuis le mois de juillet et pour les Burundais à revenu moyen cuire les repas coûte souvent plus cher (4 $ par jour) que la nourriture elle-même. C'est pourquoi chacun cherche des solutions plus économiques – briquettes, électricité, tourbe… pour réduire sa facture. Cette contrainte financière a ainsi l'avantage, en diminuant l'usage du charbon, de protéger l'environnement.
Depuis deux mois, la police nationale contraint les camions de transport des sacs de charbon de l’intérieur du pays vers la ville de Bujumbura à réduire de moitié le nombre de sacs transportés (de 120 à 60 environ) qui s'entassaient dangereusement sur les véhicules. "La sécurité routière des biens et des personnes commande la rigueur", explique un haut gradé de la Police nationale.
Les commerçants ont alors observé une grève de 10 jours pour appeler le gouvernement au dialogue. "On ne peut en aucun cas accepter de travailler à perte", remarque Claver Ndayishimiye, l’un des commerçants transporteurs de charbon. De son côté, l’Association burundaise des consommateurs (ABUCO) a appelé les parties en conflit à trouver un terrain d’entente. Faute d'accord, c’est le petit consommateur qui paye les conséquences de cette mesure. Le prix du sac de charbon a doublé, passant de 15 à 30 $, une ruine pour les familles. Et une occasion de se tourner vers d'autres sources d'énergie.

Recycler les déchets
L’ABUCO pousse ses membres à s’orienter vers de nouveaux modes de cuisson. Ainsi, C. K. de la commune urbaine de Gihosha a essayé avec succès de cuisiner sur une plaque électrique. "Ma consommation mensuelle a été réduite de moitié et je gagne aussi du temps", explique-t-il.
D’autres cuisent avec des briquettes issues des déchets ménagers et sur des braseros solides spécialement conçus. En tôle, doublée d’argile, ils sont économiques en combustible et dotés d’une cheminée par où s'échappe la fumée. Ces produits de qualité sont fournis par l’Association pour le développement et la lutte contre la pauvreté (ADLP). Pour fabriquer des briquettes, les déchets ménagers, essentiellement les épluchures, sont d’abord collectés, ensuite étalés pour le séchage, et enfin, passés dans un compacteur pour donner des briquettes de couleur grise. Début septembre, les stocks de l'association avaient été écoulés : les 35 t de briquettes produites en août, soit deux fois qu'habituellement, ont été raflées. "Nous comptons nous doter d’un grand compacteur pour transformer les déchets des 13 communes de Bujumbura et produire près de 100 t par mois", propose Benjamin Bikorimana, président de l’ADLP.
Les femmes qui les ont essayées témoignent : "La briquette est facile à allumer et ne s’éteint pas en cours de cuisson. C’est un produit à recommander aux pauvres car il est moins cher", assure Josée Ndayisenga, ménagère de Bujumbura. L’armée et la police nationale, anciens grands coupeurs d’arbres pour leurs besoins, utilisent aussi largement ce combustible économique.
Par ailleurs, près de 2 % des ménages se servent aujourd'hui de la tourbe. L’ONATOUR (Office national de la tourbe) a doublé sa production ces deux dernières années, atteignant 20 000 t par an. Avec 4 kg de tourbe qui coûtent 1 $, une famille peut cuire pendant tout un mois.
Les 312 installations de biogaz, aujourd’hui hors d'usage à la suite du vandalisme des années de guerre civile, sont également en voie de réhabilitation. Pour la première fois depuis 2005, le gouvernement a prévu cette année 25 000 $ sur son budget pour des études préliminaires sur le biogaz. Le ministère de l’Énergie et des mines entend également lancer de nouveaux projets d’investissement dans l’énergie solaire et éolienne et la biomasse.

Préserver les arbres
Ces alternatives au charbon de bois permettront de limiter le déboisement, accentué par les feux de brousse, surtout en saison sèche, et la coupe des arbres à des fins agricoles. "Pour avoir un seul kilo de charbon, il faut brûler 10 kg de bois", rappelle le directeur de l’Énergie, au ministère de l’Énergie et des mines. Barnabé Ndayikeza, un environnementaliste, explique que le bois consommé comme source d’énergie à travers le pays représente 94 % du volume total du bois coupé.. Jusqu'à présent, seuls 2 % de la population utilisaient l’électricité et moins de 1 % des familles aisées recourent au gaz en cas de coupure de courant électrique.
Mais, contraints et forcés par ces hausses des prix, les citadins prennent de plus en plus conscience de leurs intérêts. "Depuis le début de l’année, les besoins énergétiques des ménages couverts par le bois sont tout de même passés de 97 à 94 % grâce au recours accru aux déchets végétaux, au ramassage du bois mort, au chauffage électrique, à l’énergie solaire et au biogaz ", précise aussi un cadre du ministère.
Protéger les arbres est vital dans un pays où près de 32 000 ha, soit près de la moitié des forêts, ont été détruits pendant les 10 ans de guerre.

Anaclet Hakizimana