(Jersey, Îles Anglo-Normandes, 28 mars 2017) – Randgold Resources a publié aujourd’hui, dans le cadre de son rapport annuel de 2016, sa déclaration annuelle des ressources et réserves qui montre que les réserves en quote-part, prouvées et probables, ont baissé de 1%, après une autre année de production record. Le total des ressources en quote-part de 25.5 millions d’onces a diminué de 8%, effet de l’épuisement minier et des modifications apportées à la méthode de déclaration des ressources souterraines à Kibali.

Toutefois, la teneur des réserves du groupe est passée de 3.6g/t à 3.7g/t et, selon le directeur exécutif Mark Bristow, cela montre que Randgold a réussi à reconstituer ses onces à des teneurs supérieures ou égales à sa base de réserve, malgré le taux d’épuisement élevé des mines.

« Cela signifie que nos réserves actuelles sont de nature à asseoir notre plan d’affaires et garantir une production rentable pour au moins 10 ans. Dans l’intervalle, nos équipes de prospection travaillent ardemment pour reconstituer ces réserves et dénicher notre prochain grand gisement, » explique Bristow.

Pour sa part, le directeur général Évaluation du groupe, Rod Quick, soutien que Randgold continue de calculer ses réserves au cours de l’or de $1 000 l’once et que, en privilégiant la qualité sur la quantité, la société confortera le profil de ses réserves, ce qui lui permettra de gérer la nature cyclique du marché de l’or.

Au Mali, le total des réserves de minerai de Loulo, après épuisement, ont augmenté de 12%, passant à 5.3 millions d’onces à 4.5g/t, les travaux de forage et de conception supplémentaires ont rapporté 520 000 onces aux réserves de Gara suite à l’incorporation de Gara Extrême Sud. Les gains résultant du contrôle de la teneur intercalaire à Yalea ont permis un remplacement partiel des onces épuisées. Le total des ressources minérales a augmenté de 1%, déduction faite de l’épuisement, grâce à une augmentation de 461 000 onces dans les ressources souterraines présumées de Gara. À Gounkoto, une mine voisine, le total des réserves de minerai, déduction faite de l’épuisement, est resté supérieur à 3 millions d’onces en glissement annuel. Cela s’explique en grande partie par le fait que l’étude de faisabilité de la super fosse à Gounkoto a été menée à bien, entraînant dans la foulée un gain significatif de réserves de minerai à ciel ouvert et la réduction connexe de la réserve souterraine.

À Kibali, en République démocratique du Congo, les réserves totales ont diminué, passant de 10.6 millions d’onces à 4.0g/t à 9.2 millions d’onces à 4.1g/t en 2015, en raison de l’épuisement minier et des modifications apportées au modèle géologique du gisement souterrain KCD. Les changements résultent de la réinterprétation des contrôles de la minéralisation des filons à haute teneur suite à une augmentation significative des données de cartographie et de contrôle de distribution de la teneur. Bien que le remodelage ait entraîné des modifications géologiques du modèle d’une partie des filons 5103 et 9105, il a également mis en évidence le potentiel de l’extension en amont et en aval pendage des filons 3000 comme cible souterraine. Les ressources minérales ont également baissé en raison de l’épuisement minier, des modifications apportées aux modèles géologiques et d’un changement dans la méthode de déclaration des ressources souterraines, et ce, dans le souci d’adopter la meilleure pratique de l’industrie, laquelle consiste à utiliser le logiciel « Stope Optimiser » pour déclarer les ressources souterraines.

En Côte d’Ivoire, les ressources et réserves de Tongon ont diminué en raison de l’épuisement minier et des changements géologiques relevés dans le gisement de la Zone Nord suite à la réinterprétation de la limite du contact avec le granodiorite en profondeur après un forage de surface additionnel. Les travaux de forage se poursuivent pour dénicher des gains potentiels à l’intérieur et immédiatement en dessous des fosses conceptuelles actuelles. Sekala, la première des nombreuses fosses satellites, est également portée dans la déclaration des ressources, ajoutant 43 000 onces de ressources indiquées. D’autres fosses satellites continueront d’être testées au cours de l’année qui vient.

Au Sénégal, le projet clé de mise en valeur, Massawa, a vu augmenter de 40% la teneur des réserves totales. L’augmentation des onces de réserve s’explique par l’incorporation dans le projet de 475 000 onces provenant du gisement de Sofia, tandis que l’augmentation de la teneur tient principalement au remodelage géologique des gisements de minerai de la Zone centrale. Le total des réserves est maintenant de 2.6 millions d’onces à 4.3g/t, nettement en hausse par rapport aux 2.0 millions d’onces de l’exercice dernier à 3.1g/t. Les travaux de forage se poursuivent sur les gisements de Massawa et de Sofia pour augmenter les onces. Le total des onces des ressources minérales a diminué de 400 000 onces en glissement annuel, principalement en raison du remodelage géologique et du profil de coûts plus élevé de Sofia et de Massawa, ce qui a entraîné la réduction des onces à faible teneur.

Demandes d’informations à Randgold Resources
Directeur exécutif, Mark Bristow +44 788 071 1386 +44 779 775 2288
Directeur financier, Graham Shuttleworth +44 1534 735 333 +44 7797 711 338
Relations investisseurs et médias, Kathy du Plessis, +44 20 7557 7738
randgold@dpapr.com Site Web: www.randgoldresources.com