Ils sont prêts à tout pour obtenir la carte d’électeur. A Rutshuru, territoire du Nord-Kivu, des centaines de déplacés qui n’ont pas pu s’enrôler dans leur site d’origine à cause de l’insécurité, continuent de camper dans la cité de Kiwanja avec l’espoir que la CENI trouvera une solution à leur problème.
“Je ne sais pas me promener sans cette carte. Je me sens en insécurité comme si je n’avais pas d’identité”, se désole Abdalah Kadafi, venu de Kikuku, son village d’origine.

“J’ai fui la guerre chez nous il y a deux semaines. Nos centres d’enrôlement ont été attaqués par des groupes rebelles pendant que je faisais encore la queue pour attendre mon enregistrement”, se souvient-il amèrement.

Comme lui, des centaines de déplacés venus de la chefferie de Bwito et qui se sont installés dans la cour de l’église catholique de Kiwandja, sont dans l’impasse pour obtenir leur carte d’électeur. Cette dernière fait en effet office de carte d’identité en RD Congo. Leurs centres d’enrôlement avaient connu des perturbations suite à la recrudescence de l’insécurité causée par l’activisme de plusieurs groupes armés dans cette partie du territoire de Rutshuru.

Regards tournés vers la CENI
Loin de leur milieu d’origine, ces déplacés espèrent obtenir leur carte d’électeur même si pour cela ils devront voter dans une circonscription électorale qui n’est pas la leur. “Je dois m’enrôler ici à Kiwanja. Je ne me préoccupe pas du vote .Comment penser voter pour des gens qui ne sont pas capables de rétablir l’autorité de l’Etat chez nous ?”, déclare une déplacée. “Les agents de la Commission électorale nationale indépendante nous avaient promis des kits pour être enregistrés ici sur place. Mais seulement voilà, tous les bureaux d’enrôlement viennent de fermer”, se plaint cet autre jeune déplacé qui espère une issue rapide à leur requête.
Pour la CENI, les travaux d’enrôlement ont été un succès dans le territoire de Rutshuru où 648 337 personnes ont été enrôlées sur les 622 333 attendues.

“S’il ya des déplacés qui n’ont pas jusque là des cartes d’électeurs, cela influencera moins l’issue du vote. Sauf pour ceux qui se sont enrôlés ailleurs que dans leur circonscription d’origine. Ce qui constitue un manque à gagner pour leurs futurs candidats”, se contente de répondre Eugène Rwiyereka, chef d’antenne locale de la CENI en territoire à Rutshuru.

Evariste Mahamba

Commenter