La vie a repris son cours normal à Kinshasa, après une journée mouvementée au lendemain de l’échec à trouver un accord entre les parties prenantes aux négociations menées par les évêques catholiques... L’UDPS appelle à une grande manifestation le 10 avril, Joseph Kabila promet, lui, de s’adresser à la nation.

Le calme est revenu à Kinshasa après un avant-midi mouvementé mardi, au lendemain de l’échec des négociations politiques menées sous l’égide de la Commission épiscopale nationale du Congo. Dans les communes de Masina, Nd’jili, Barumbu, Limete, Ngaba…, des jeunes, en colère, avaient dressé des barricades et brûlé des pneus pour protester contre la non signature, la veille, par les parties prenantes de “l’arrangement particulier” à “l’accord de la Saint Sylvestre”.

“La vie devient chaque jour intenable. Nous souffrons. Le dollar continue de grimper face au Franc congolais, et en face, ceux qui nous gouvernent semblent insensibles à notre misère. Nous attendions beaucoup de cet accord pour vite aller aux élections et changer la situation”, fulmine Patrick, rencontré à Limete.

Rameau en main, ce jeune de 25 ans a tenté avec ses amis, de placer une barricade à la 12ème rue avant d’être dispersé par la police. Des scènes similaires étaient rapportées dans plusieurs coins de la capitale. “C’était un mouvement spontané, sans mot d’ordre”, a reconnu le colonel Pierrot Mwanamputu, porte-parole de la Police nationale congolaise.
Cette tension avait poussé plusieurs écoles de la capitale congolaise à interrompre les cours et à renvoyer les élèves à la maison. Et les grandes artères de Kinshasa, habituellement bondées, étaient désertes l’avant-midi de mardi 28 mars, avant que la circulation ne redevienne normale en fin de journée.

UDPS appelle à manifester le 10 avril
Très attendue, la réaction de l’UDPS est tombée au milieu de l’après-midi. Au cours d’une conférence de presse, Jean Marc Kabund, Secrétaire général du principal parti du Rassemblement de l’opposition congolaise, a appelé la population à se mobiliser et a annoncé la tenue d’une grande marche pacifique le 10 avril sur toute l’étendue du pays et dans la diaspora pour protester “contre la non-application de l’accord de la Saint Sylvestre”.

Pour l’’UDPS, “l’accord politique inclusif du Centre interdiocésain du 31 décembre 2016 est et demeure, à ce jour, l’unique source de légitimité de toutes les institutions à mandat électif de la RDC pendant cette période transitoire, et que sa non-exécution, de part la volonté de ce régime finissant entraînerait l’illégitimité de tous les animateurs des institutions de notre pays”, a rappelé Kabund qui n’écarte pas toutes les voies du dialogue.

Mais, a-t-il prévenu, “nous sommes en face des gens qui ont abusé de notre volonté de dialoguer pour en finir avec la crise (…) Nous ne sommes pas de naïfs”.

La rupture n’est pas prononcée
Le même mardi, recevant les évêques qui sont allés lui remettre le rapport de médiation, le Président Joseph Kabila a pris acte de la fin de la mission de bons offices confiée à la CENCO et promis de trouver une solution aux deux points à la base du blocage, à savoir : le mode de désignation du Premier ministre et celle du président du Conseil national de suivi de l’accord.

“L’impasse actuelle ne doit aucunement signifier une rupture définitive du dialogue. Au contraire, les échanges doivent se poursuivre afin de déboucher, dans le plus bref délai, sur les voies les plus adéquates pour la mise en œuvre effective de l’accord dit de la Saint Sylvestre”, a affirmé Joseph Kabila dans un communiqué de la présidence diffusée à la télévision nationale.

Le chef de l’Etat a en même temps “pris acte du fait que le Premier ministre devrait provenir de l’opposition non signataire de l’Accord du 18 octobre 2016 et plus précisément du Rassemblement”. Ce qui est la position défendue par l’opposition conformément à l’accord.
Le même communiqué a annoncé que Joseph Kabila s’adressera prochainement à la nation, à travers le Congrès (Assemblée nationale et Sénat réunis).

Raoul Biletshi

Un commentaire

  1. Pingback: RD Congo : Marche et ville morte, la Majorité répond à l’opposition

Commenter