Reprise des activités ce lundi à Kibirizi, localité du territoire de Rusthuru, après une vive tension observée le week-end suite à la mort de trois personnes tuées à l’arme blanche.
Ces drames ont provoqué une vive tension occasionnant l’incendie de plusieurs maisons et l’intervention de l’armée qui a tiré de coups de feu en l’air pour disperser la foule en colère.
La tension était montée d’un cran à l’annonce à Kibirizi centre de la mort de trois personnes dans un champ, non loin de l’institut Kibirizi.
Les victimes sont un homme d’une quarantaine d’années, sa fille de 15 ans ainsi qu’une autre personne qui les accompagnait au champ.
La nouvelle de ce drame a ravivé la tension à Kibirizi, déjà sous le choc à la suite de l’agression à l’arme blanche de deux personnes la veille. Un homme et son épouse avaient été agressés par des inconnus. Les mêmes inconnus avaient incendié une maison avant de disparaître.
Masumbuko Silusawa, chef de groupement intérimaire de Mutanda dans lequel se trouve Kibirizi, confirme la mort de ces trois personnes et l’incendie des maisons, lorsque les corps ont été ramenés dans la cité. La situation n’est revenue au calme qu’après l’intervention des FARDC.
Les deux blessés de l’agression à l’arme blanche la semaine dernière ont été acheminés à Goma pour une bonne prise en charge médicale, grâce l’intervention de la MONUSCO et du CICR.

Evariste mahamba

Commenter