Deux officiels des Nations Unies et quatre accompagnateurs congolais ont été enlevés dimanche sur l’axe Bukonde-Tshimbulu (Kasaï-Central), affirme un communiqué du gouvernement parvenu à Syfia Grands Lacs.
Michael Sharp, de nationalité américaine et Zahida Katalan, de nationalité suédoise sont des experts des Nations Unies en RDC (Monusco). Eux et leurs accompagnateurs sillonnaient la province du Kasaï-Central à moto, et seraient tombés selon les premières indications (Communiqué du gouvernement), “entre les mains des forces négatives non encore identifiées sur le pont Moyo à proximité du village Ngombe, secteur de Bukonde”.

Les services de sécurité, s’emploient de concert avec la Monusco, à obtenir la libération des personnes enlevées, affirme Lambert Mende, porte-parole du gouvernement.

La région du Kasaï, dans le centre de la RDC est secouée par la rébellion de Kamwina Nsapu, chef traditionnel tué en août lors d’une opération militaire après s’être révolté contre les autorités de Kinshasa. Parties de Kananga, capitale du Kasaï-central en septembre 2016, les violences entre les miliciens et les forces de l’ordre ont progressivement gagné les provinces voisines du Kasaï-Oriental, du Kasaï et de Lomami et fait plus de 400 morts, selon l’AFP.

La Monusco est présente en RDC depuis 1999 et déploie plus de 19 000 soldats, policiers et observateurs militaires dans l’Est du pays et à Kinshasa. Elle ne disposait d’aucune troupe dans la région du Kasaï, jusqu’au déploiement récent d’une centaine de Casques bleus à Kananga et dans ses environs.

Syfia

Commenter