Des frais scolaires élevés et le goût d’apprendre en français poussent des Rwandais à inscrire leurs enfants dans les écoles ou universités de Goma, en RD Congo. Ils sont nombreux à traverser la frontière tous les jours pour suivre les cours. Certains se décident de vivre à Goma pour éviter les navettes.

Tous les jours, dès six heures du matin, c’est l’affluence à la grande et petite barrière, deux postes frontaliers entre le Rwanda et la RD Congo, sur la route qui quitte Gisenyi vers Goma. Mêlés à la foule des navetteurs, des écoliers rwandais, reconnaissables à leurs tuniques en bleu et blanc, vont à l’école en RD Congo, où ils suivent les cours dans différents cycles, du primaire à l’université. Depuis un bon moment, de nombreux parents d’élèves rwandais cèdent à la tentation d’inscrire leurs enfants dans des écoles congolaises, en raison du coût élevé des études dans leur pays, mais aussi dans le souci de suivre le cursus en français, surtout que l’anglais est utilisé comme langue officielle dans l’enseignement rwandais.

Coûts élevés au Rwanda

“Au Rwanda, l’université n’est pas l’apanage de de tout le monde, les études coûtent énormément cher. Dans certains cas, il faut payer jusqu’à 1500 $ pour une année académique”, fait savoir Jean Mubyeyi, un étudiant rwandais inscrit en 1ère licence de l’Institut supérieur de tourisme/ISTOU-Goma.

Ce dernier a fini difficilement son premier cycle à l’Université Libre de Kigali (ULK) où il a payé 1400$ pour les frais académiques sans citer les frais connexes pour l’achat de syllabus et autres montants destinés aux travaux pratiques.
La situation est en effet en rien comparable à Goma. “En RD Congo, les frais académiques varient entre 180 et 280$ pour une année académique, selon le cycle fréquenté par l’étudiant”, ressort Divine Mbabazi, une autre ressortissante du Rwanda de l’ISTOU. Il y a lieu de combiner les études entre les deux pays voisins. Certains élèves par exemple, sont inscrits en RD Congo pour les cours du matin et au Rwanda l’après-midi afin de bénéficier du système francophone et anglophone de l’enseignement.

“J’étudie en même temps dans les deux pays. En RD Congo, je suis inscrit en 5ème secondaire et au Rwanda, je me prépare à l’examen d’Etat. Il est important pour nous d’obtenir tous les diplômes qui nous permettront d’être compétitifs sur le plan international”, témoigne J.G., une jeune élève de la région.

Etudier en français
Le coût des études n’est pas la seule raison qui explique l’engouement des élèves et étudiants rwandais pour les écoles, universités et instituts supérieurs congolais. L’introduction de l’anglais comme langue de l’enseignement officiel rwandais justifie aux yeux de certains le choix des écoles congolaises.

“S’inscrire en RD Congo est la seule possibilité pour les élèves et étudiants qui souhaitent être scolarisés en français”, explique un étudiant rwandais venu s’inscrire l’Université de Goma (UNIGOM), qui ajoute que les étudiants anglophiles, préfèrent s’inscrire à Kampala, en Ouganda.

Pour certains étudiants et familles, la navette entre les deux pays n’est pas facile à gérer au quotidien, vu les distances à parcourir. Certaines familles rwandaises vivant à Goma acceptent de loger et de prendre en charge les enfants dont la famille est restée au Rwanda. Parmi les étudiants rwandais, nombreux sont locataires dans des maisons à Goma, dans lesquelles ils habitent désormais pour évier les navettes. ” M’installer à Goma me permet de supprimer des frais transport et d’étudier dans de meilleures conditions”, explique Delphine Nzeyimana, une étudiante de l’Université de CEPROMAD (UNIC/Goma). Cette habitante de Mahoko (agglomération rwandaise située à une dizaine de kilomètre de Goma), vit aujourd’hui dans le quartier Mapendo avec ses collègues rwandais.

Syfia Grands Lacs

Commenter