Les obsèques d’Etienne Tshisekedi continue de faire la une des journaux de la capitale congolaise. Le Phare titre en manchette : «L’UDPS se fâche». Le quotidien signale un blocage dans le programme d’organisation des obsèques de l’illustre disparu, alors que les contacts paraissaient fort avancés entre le gouvernement, la famille d’Etienne Tshisekedi et l’UDPS.

Le secrétaire général de ce parti, Jean-Marc Kabund-a-Kabund a fait état des préalables à remplir avant le rapatriement de la dépouille de son président national de Bruxelles à Kinshasa, note le tabloïd : la mise en place du gouvernement de transition issu de l’accord du 31 décembre 2016, l’érection d’un mausolée au centre-ville de Kinshasa ainsi que la prise en charge des funérailles par le gouvernement de large union nationale.

Le Potentiel s’interroge cependant sur l’attitude qu’affichera le gouvernement face aux préalables posés par l’UDPS. Et quoiqu’on dise, même mort, Etienne Tshisekedi continue à entretenir son mythe, pense le quotidien. Et contrairement à tout ce qui a distillé dans la presse, poursuit le quotidien, le rapatriement de la dépouille d’Etienne Tshisekedi, le lieu de ses obsèques et son enterrement sont encore entourés d’un grand mystère.

A l’UDPS, rapporte Le Potentiel, militants et sympathisants ont juré de raviver le mythe de leur président jusqu’au bout. A cet effet, Jean-Marc Kabund a invité la police nationale congolaise et les FARDC « à plus de responsabilité et de professionnalisme en laissant le peuple s’exprimer librement conformément à la Constitution et aux lois en vigueur». Autrement dit, ajoute le journal, l’UDPS n’est pas prête à recevoir des injonctions dans la manière de rendre hommage à son président.

L’Avenir pour sa part estime qu’en conditionnant l’arrivée de la dépouille d’Etienne Tshisekedi à la conclusion des pourparlers du Centre interdiocésain, l’UDPS se contredit. Pour le quotidien, l’arrivée de la dépouille de Tshisekedi ne devrait pas être subordonnée à l’application de l’accord de la Saint-Sylvestre car le retard que connait cet accord est imputable entre autres à l’UDPS et au Rassemblement qui ne parviennent pas à déposer une liste de plus ou moins cinq noms au chef de l’Etat pour que ce dernier fasse son choix sur le futur Premier ministre, juge le journal.

Le tabloïd regrette que l’UDPS et le Rassemblement veuillent à tout prix obliger Joseph Kabila a nommer le futur chef de gouvernement en ne lui proposant qu’un seul nom, niant ainsi son pouvoir discrétionnaire. Le journal redoute en outre que les mésententes au sein du Rassemblement ne puissent allonger les discussions même si les travaux du Centre interdiocésain reprenaient.

Dans le chapitre des hommages, La Prospérité cite le sénateur de la Majorité présidentielle Aimé Sessanga qui qualifie Etienne Tshisekedi de leader irremplaçable.

Selon le tabloïd, Aimé Sessanga regrette que le président de l’UDPS soit décédé au moment où le pays attendait beaucoup de lui en cette période où se tiennent des discussions directes entre signataires et non-signataires de l’accord du 18 octobre, à Kinshasa. / radiookapi.net

Commenter